Chantier Collectif pour la Santé Autochtone Pataxó, Village Pará, Caraíva, Sud de Bahia! 19 – 24 Mai 2020

(Portuguese) (English) (French)

Village Pará Pataxó / II festival international du technoxamanisme – photo: Rafael Frazão

Le peuple Pataxó fera un MUTIRÃO pour la construction de deux postes de santé dans le village de Pará : une maison de santé traditionnelle indigène et un poste de service médical. Participez ! ! https://forms.gle/ZadTHhsF9U9Va9h96

Pendant MUTIRÃO, le Village Pará est ouvert pour recevoir des personnes du Brésil et d’autres pays qui souhaitent apprendre à faire du MUTIRÃO AUTOCHTONE, collaborer avec la SANTE AUTOCHTONE, participer aux RITUELS PATAXÓ, faire l’expérience du CULINAIRE PATAXÓ et vivre une expérience immersive dans leurs MOYENS DE VIE. Pour ce faire, il est nécessaire de s’inscrire et de payer une taxe de R$ 500 reais. Cet argent sera utilisé pour les dépenses alimentaires (petit déjeuner + déjeuner) + l’hébergement au camping de Pataxó (tente, bains, eau) + le paiement des cuisiniers et + le transport des produits entre les villages, pendant tous les jours du Mutirão. INSCRIPTION ICI : https://forms.gle/ZadTHhsF9U9Va9h96  

Village Pará Pataxó / II festival international du technoxamanisme – photo: Rafael Frazão

Afin d’obtenir les ressources matérielles pour la construction des POSTES DE SANTÉ, un crowdfunding a été effectué a «Catarse» et quelques réunions du réseau technochamaniste  à São Paulo, Berlin, Paris, Toulouse et Londres, qui, grâce aux dons des collaborateurs, a atteint son but. Pour la mise en œuvre du projet, elle a fait approuver un décret par la région Occitanie en partenariat avec l’association France-Amérique latine (FAL) et le comité Marielle Franco de Toulouse, situé dans le sud de la France, d’une durée de trois ans. Le projet compte également sur le maintien des initiatives d’agroforesterie et de récupération des sources fluviales, qui serviront de support à l’autonomie alimentaire et au fonctionnement des POSTES DE SANTÉ.

MUTIRÃO est l’une des formes de collaboration les plus puissantes car elle crée une mobilisation collective, produit une entraide, favorise l’indépendance et l’émancipation des peuples. Participer à un MUTIRÃO est une occasion unique de transformer la réalité qui apporte de nombreux avantages pour l’apprentissage et le développement humain. En période de catastrophes climatiques et humaines comme celles que nous connaissons aujourd’hui, il est essentiel de soutenir des projets autonomes, l’autonomisation des minorités et la justice sociale.

Ce sont autant de facteurs qui s’additionnent lorsqu’on parle de SANTÉ DES AUTOCHTONES. Elle va des soins de l’eau, des sols, de l’assainissement de base, du recyclage, de l’alimentation, de l’assistance préventive, de l’aide sociale, aux facteurs liés à la mortalité infantile, aux épidémies, aux maladies respiratoires, à la diarrhée, aux maladies immunopréventives, au paludisme et à la tuberculose, aux maladies cardiaques, à l’hémophilie, aux maladies rénales, au cancer, entre autres.

La création de deux postes de santé, l’un indigène traditionnel et l’autre ambulatoire, pose comme défi l’intersection des domaines de connaissance, afin de créer une interdépendance et une complémentarité entre les connaissances technologiques et chamaniques, entre la culture du médecin et celle des guérisseurs, des mères, des sages-femmes. C’est un défi et une nécessité sur tout le continent sud-américain, ainsi que dans le monde entier. Travailler avec les connaissances actuelles et ancestrales est un grand défi mais aussi un grand rêve.

Des femmes autochtones marchent vers le bâtiment du ministère de la santé le 12 août (2019)
Photo prise sur le site :https://www.dw.com/pt-br/em-bras%C3%ADlia-mulheres-ind%C3%ADgenas-fazem-protesto-in%C3%A9dito/a-50009227

Le démantèlement des politiques de santé indigènes s’est manifesté par la perte d’autonomie de programmes tels que le SESAI (Secrétariat spécial de la santé indigène), le DSEI (District spécial de santé indigène), la fin du programme Mais Médicos, le vidage des unités de gestion sanitaire, la négligence des maisons de santé indigènes (un lieu où les patients restent en traitement ou attendent d’être vus dans les hôpitaux pour des problèmes de santé plus complexes), Les changements structurels que le SUS a subis ou la restructuration de la FUNAI (Fondation nationale indienne) et la précarité des infrastructures et des ressources logistiques pour s’occuper des indigènes ont inquiété les peuples indigènes, qui depuis le début de 2019 ont fait plusieurs manifestations politiques, s’opposant à des décrets tels que la municipalisation de la santé indigène ou la récente ordonnance 13.623 faite par le gouvernement fédéral qui ordonne la centralisation des processus publics et la passation de marchés par les agences fédérales.

L’un des principes de la santé des indigènes déclarés lors de la IIIe Conférence nationale sur la santé des indigènes, tenue en 2001, stipule que “(…) chaque peuple indigène a ses propres conceptions, valeurs et façons de vivre la santé et la maladie. Les actions de prévention, de promotion, de protection et de récupération de la santé doivent tenir compte de ces aspects, en mettant en évidence les contextes et l’impact de la relation de contact interethnique vécue par chaque peuple…”. C’est dans ce sens que les peuples indigènes demandent une attention particulière à la santé, compte tenu des singularités et des spécificités de chacun d’entre eux.

La VIe Conférence nationale sur la santé autochtone est prévue du 1er au 4 juillet 2020, juste après le MUTIRÃO dans le village de Pará Pataxó. Il est destiné à mettre à jour le le modèle de soins pour la santé des peuples indigènes. Il devrait rassembler plus de 2000 personnes parmi les populations indigènes et les travailleurs de la santé indigènes. Cette conférence sera très importante pour définir les futures orientations pour les peuples indigènes du Brésil, afin de préserver les acquis des 20 dernières années de ces peuples. Leur idée n’est pas de décliner et de ne pas perdre leurs droits, mais d’exiger et de déterminer l’amélioration de leurs conditions de santé. A travers la persécution actuelle des leaders indigènes et la perte constante de droits, cette Conférence Nationale se présente comme une grande manifestation politique.

Au milieu de toutes ces complexités, nous vous invitons à ce CHANTIER COLLECTIF POUR LA SANTÉ PATAXÓ, afin de vous impliquer dans toutes ces discussions et en même temps de collaborer concrètement au profit de la SANTE DES AUTOCHTONES.

Marche des marguerites - août 2019 - Photo tirée du site : http://matilda.my/editoria/marcha-das-mulheres-indigenas-e-marcha-das-margaridas-o-encontro-de-forcas-exponenciais/

POUR EN SAVOIR PLUS – Quelques liens :

Le peuple de Pataxó – https://pib.socioambiental.org/en/Povo:Patax%C3%B3

6e Conférence nationale sur la santé des Autochtones– http://www.susconecta.org.br/6a-conferencia-nacional-de-saude-indigena-sera-realizada-de-1o-a-4-de-julho-de-2020/ 

Santé indigène au Brésil– http://www.scielo.br/scielo.php?pid=S1519-38292014000100013&script=sci_arttext&tlng=en

Campagne financière pour la construction du centre de santé du village de Pará Pataxó – https://www.catarse.me/mutirao_da_saude_pataxo_2019  

IIe Festival international du technoshamanisme – Aldeia Pará Pataxó – Sud de Bahia –https://tecnoxamanismo.wordpress.com/2016/05/20/convocatoria-para-o-ii-festival-de-tecnoxamanismo/ 

ORGANISATION – VILLAGE PARÁ PATAXÓ
ET RÉSEAU DE TECHNOXAMISME

SUPPORT

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s